planète biker old
mercredi 26 juillet 2017

Des motos qui font leur cinéma 12

Accueil
Site Actuel
Liens

Boutique
Archives
Articles Techniques
Galeries

LIENS - LINKS
Index des liens
Moto et portails
Moto Japonaise
Moto Divers
Harley-Davidson Pro
Harley-Davidson perso
Club Harley-Davidson
Harley-Davidson USA
Motos anciennes et Café Racer

LIENS - LINKS
Contact

LA GRANDE EVASION ("The Great escape",1962) TriumphTR6

steve mcqueen on bike harley and biker film
Bud Edkins s'était décoloré et coupé les cheveux pour ressembler à Mc Queen. Invisible à l'écran mais évident sur cette photo, Edkins est plus grand de 13 cm . Bud Edkins était un trés grand pilote professionnel de motocross et de course de désert. Steve Mc Queen a réalisé lui-même la totalité des scènes de la fuite de Hilts en moto. Il a supervisé le saut. La moto est l'instrument de Liberté... RIP Steve!

Steve McQueen fut d'abord une star du petit écran avec la série "Au Nom De La Loi" ("Wanted: Dead or Alive"). Il y incarne de 1958 à 1961 Josh Randall, le fameux chasseur de prime à la Winchester à canon scié.

La Grande Evasion, réalisé en 1962 par John Sturges (d'après des faits réels), est le quatriéme long métrage de Steve McQueen après notamment les sept mercenaires (The Magnificent Seven en 1960 ).

Steve McQueen, une fois de plus, vole la vedette à un bataillon d'acteurs hollywoodiens comme Charles Bronson ou James Coburn .
Le rôle du capitaine Virgil Hilts est taillé sur mesure pour l' acteur américain. Hilts est le rebelle du Stalag, buté comme en témoigne ses évasions à répétition qui pimentent le film.
Mais, c'est sa cavale en moto à travers la campagne allemande qui s'achéve par le fameux saut à la frontière Suisse qui a marqué et marque les spectateurs.
C'est le point d' orgue du film, "La" cascade moto de référence du cinéma qui propulse l'acteur au rang de star internationale. Pour la petite histoire, c'est Steve McQueen qui a soumi à John Sturges cette évasion sur deux roues à travers la campagne allemande. Rien de plus normal, pour cet acteur qui collectionne tous ce qui a un moteur à explosion depuis l'age de 14 ans!

Il deviendra suite à ce film l'acteur le mieux payé d'Hollywood des années 60 et du début des années 70. Steve MCQueen, devenu une star internationale, enchainera les succès: L'Affaire Thomas Crown (The Thomas Crown Affair -1968- ), Guet-Apens (The Getaway -1972-), Papillon (1973), etc. Il recevra l'Oscar du meilleur acteur pour La Cannonière du Yang Tsé (-The Sand Pebbles -1966-).

La passion de Steve McQueen pour la vitesse et les sports mécaniques sont légendaires: Mort à 50 ans d'un cancer, Il aura possédé durant sa vie 210 motos ( Il fut l'un des premiers collectionneur américains d'Indian), 55 voitures et 5 avions.
Steve McQueen portera à l'écran des films sur la course automobile comme "Le Mans" (1970) mais aussi sur la compétition moto avec le trop méconnu "On Any Sunday" ( "Tous Les Dimanches" ).
Ce film, improprement rebaptisé en France "Challenge One", met en scéne Steve McQueen et quelques grands pilotes américains de l'époque comme Mert Lawill (vainqueur du grand national sur une Harley-Davidson KR 750) ou Malcolm Smith (légende du tout terrain). L'acteur participera aux ISDE (INTERNATIONAL SIX DAYS ENDURO; le championnat du monde d'enduro) 1964 avec son ami Bud Elkins. C'est d'ailleurs Steve MCQueen qui le fait engager par la production pour le doubler lors de la scéne du saut en Triumph.

La moto de "La Grande Evasion":

La Triumph (peut être un modèle TR6?) n'a subi aucune modification pour le saut hormis un vague traitement cosmétique, lui donnant un "petit air" de BMW R12 . Ainsi, les suspensions n'ont pas été durcies. Malgré les 180 kg de la Triumph, le saut a été réussi dès la première prise. Bud Edkins estime le saut à 3,70 de haut et 20 mètres de long. Bud Ekins empocha 1000 $ pour sa prestation. Cette coquette somme fit que Bud Edkins abandonna les terrains de Motocross et les pistes de la Baja Californienne pour ne plus fréquenter que les plateaux de tournage. Sur Bullit, les assurances ne veulent pas couvrir MCQueen qui veut faire lui même toutes les cascades. La production trouvera un compromis. Bud Ekins pilotera la fameuse Mustang Mach 1 lors des plans très dangereux de la fameuse poursuite dans les rues de San Francisco. Il formera un bataillon de cascadeurs et ne quittera le milieu de cinéma qu'en 1996. Comme son ami de toujours, il collectionne motos et autos!

Harley Davidson et L'homme aux Santiags ( "Harley Davidson and the Marlboro Man", 1991) modèle Harley Davidson FXR 1989

mickey rourke hd harley davidson and the marlboro man
Mickey Rourke aurait t'il raté une carrière de custom Builder ? On peut le penser puisque le cadre Harley de la FXR est de plus en plus utilisé par les customisteurs US comme Paul Yaffe. Présentation de la Black Death 4 à 30 000 $ le bout tout de même!

Film de série B au scénario aussi épais qu'une feuille de papier Job, "Harley-Davidson and The Marlboro Man" fut rebaptisé dans nos contrées suite à la loi Evin contre le tabagisme "Harley-Davidson et l'homme aux santiags" (Un titre kitchissime digne du grand Max Pegas !).
Harley-Davidson et l'homme aux santiags a pour seul intérêt de nous faire découvrir une Harley Davidson modèle FXRS très "wild" pour l'époque aux mains d'un Mickey Rourke pas encore "streché du visage". N'oublions pas que lors de la sortie du film, en 1992, les conchas, logos "Life To Ride" et autres franges sont très à la mode sur les H-D!

La Harley Davidson du "Marlboro Man" fut construite par la concession Bartel de Marina Del Rey située dans le comté d'Hollywood.
En fait, cette machine appelée par l'acteur "Black Death 3" ou "mort noire 3" a sa propre histoire. La Harley-Davidson FXRS devait participer à un film porté par Mickey Rourke intitulé "The Ride" resté sans suite. Mickey Rourke avait dessiné sur un morceau de nappe en papier les grandes lignes de son 1340 Evolution très modifié pour les membres du "Bartels Studio Rentals" qui fournissent l'ensemble des productions hollywoodiennes en Harley-Davidson .
Très impliqué dans ce projet, c'est toujours Mickey Rourke (ancien membre du outlaw MC) qui définit le motif ornant le réservoir Fat-Boy de Softail de 5 gallons. Le logo fut excuté par un ami de l'acteur resté dans l'anonymat.
La Black Death 3 est dérivée d'une Harley-Davidson FXRS (une variante sportive du modèle "Super Glide" comme en atteste le double disques à l'avant) de 1989 équipée d'un V-Twin S&S de 98 cui.
A peine la moto terminée, la MGM proposa à l'acteur le premier rôle du futur "Harley-Davidson and The Marlboro Man".
Mickey Rourke ,coutumié des excentricités , exigea que la Black Death soit elle aussi de la partie! Dès les premiers plans, le V-twin S&S de 98 cui s'avére brutal et incapable de se mouvoir à basses vitesses. La MGM fit construire toujours par Bartel une copie conforme du FXR mais conservant une mécanique Harley Evolution stock. C'est cette dernière moto que l'on voit dans la majorité du film hormis dans certaines scènes de cascades où la puissance du stroker "made in Viola" s'avére fort utile.

Cette Harley modifiée, en l'instar de la Captain America, jouit d'un réel engouement auprès des Harley addicts à tel point que deux FXRS soit disant "originales" furent proposées sur le site d'enchères US ,Ebay, à plus...de 50 000 $.

Mickey Rourke a créé une société, la Black death Motorcyle Inc., qui propose depuis peu des répliques quasi-identiques de cette FXR utilisant un bicylindre de 114 ci dit " Powerhouse" construit par Mid-USA et "posé" dans un cadre de même provenance. Bartels de son coté propose une version contemporaine de cette moto sur la base d'un Harley-Davidson Softail Deuce Twin Cam.

<< Archives Des motos qui font leur cinéma 1/2: La grande Evasion et Harley-Davidson et l'homme aux santiags Suivant>>