planète biker old
mercredi 26 juillet 2017

Des motos qui font leur cinéma 12

Accueil
Site Actuel
Liens

Boutique
Archives
Articles Techniques
Galeries

LIENS - LINKS
Index des liens
Moto et portails
Moto Japonaise
Moto Divers
Harley-Davidson Pro
Harley-Davidson perso
Club Harley-Davidson
Harley-Davidson USA
Motos anciennes et Café Racer

LIENS - LINKS
Contact

Terminator 2 (1992) Harley-Davidson Fat Boy 1992

schwarzy T2La Harley-Davidson Motor Compagny participe très officiellement, et c'est une première dans sa pourtant longue histoire (cinématographique) , à "Terminator II, The Judgement Day". On ne saura peut être jamais les clauses du contrat entre Milwaukee et les producteurs.
Dans les années 90, peut-on imaginer un Blockbuster sans Harley-Davidson? La réponse est définitivement "non". La Harley est "définitivement tendance, hype ou fashion". Elle a pris ses habitudes dans les beaux quartiers comme sur grand écran. Alors le jour où un Cyborg débarque de notre futur pour sauver le jeune John O'Connor (qui sauvera le monde... vaste chantier!), les scénaristes hollywoodiens imaginent tout naturellement que l'androïde s'empare dès son arrivée d'une Harley et de préférence de la dernière création en date de Willy G Davidson; Le Fat Boy sortie en 1991!

Toujours est t'il que ce film nous fait assister à la plus extraordinaire cascade en Harley-Davidson de l'histoire du cinéma.
C'est le premier film à utiliser largement les effets spéciaux numériques et ainsi on peut voir Arnold Schwarzenegger impavide comme tout bon cyborg sauter d'un pont en Fat Boy noir modèle 1992!
Pour la petite histoire, le réalisateur (james Cameron), Schawrzy et l'actrice Linda Hamilton possèdent dans le civil des Harley... On reste en famille!
NLDR: A Planete Biker, on fait aussi un peu dans les "effets spéciaux", vous pouvez revoir le saut: Cliquez Ici

Easy Rider (1969) Harley-Davidson Panheads Choppers 1951

Ce film ne peut être comparé à aucun autre film du genre "moto" car Easy Rider est d'abord un très grand film tout court. On a beaucoup écrit sur ce chef d' oeuvre du septième art alors que dire sinon des pensums éculés..

easy rider easy rider movie
easy rider, le film easy rider pic

Cette ode à la liberté est imprégnée par la contre-culture américaine de l'après-guerre. Billy (Denis Hopper) et Wyatt (Peter Fonda) redécouvrent dans un voyage onirique "la grande et sainte Amérique encore préservée des hommes" décrite vingt ans plus tôt par Jack Kerouak dans "Sur la Route".
Le rock (Jimi Hendrix, Steppenwolf, etc.) accompagne cette Odyssée comme jadis le Jazz imprégnait l'encre de l'écrivain. A ce propos, on peut remarquer l'apparition de Phil Spector. Il joue le rôle du trafiquant de drogue à la Rolls Royce lors de la scène tournée en bout de piste. Ce légendaire producteur et arrangeur produira en 1969 l'album des Beatles "Let It Be".
Ce film est aussi un incroyable "coup de pub" à la pratique motocycliste car à la fin des années 60, la moto est moribonde aussi bien aux État Unis qu'en Europe (En France, on compte environ 50 000 motards).
Sorti un an après les événements de mai, le film de Dennis Hopper démontre magistralement que la moto peut être un moyen de retrouver sa liberté face au conformisme de la société. Magie de l'instant, Honda dévoile la Honda CB 750 qui fera redécoller la pratique de la moto grâce à une fiabilité et une technologie toute automobile.

Et comme dans Easy Rider tout est réussi, les Harley-Davidson sont à la hauteur . La Captain America est un chopper comme on en n'avait encore jamais à vu même en Californie. Personne à l'époque n'avait construit une Harley chopperisée équipée d'une fourche rallongée de 12 pouces (plus de 30 cm) et d'un angle de chasse de 42°.
Les bikers ou les motards (de ce coté ci de l'Atlantique) se demanderont comment Peter Fonda peut piloter la plus célébre Harley de l'histoire! Ce film va jeter de nombreux motards du monde entier dans d'incertaines créations qui vont hanter les routes des années 70. Easy Rider va fortement influencer le parcours de la Motor Compagny: Un moderne softail custom n'est il pas la lointaine progéniture de ce premier Radical Custom de l'histoire et que serait la customisation sans ce film!

Au niveau de la genèse de la "Captain America" et de la "Billy Bike":

Peter Fonda, qui est motard, achète aux enchères du fameux Los Angeles Police Department (LAPD) un lot de quatre Panheads réformés, millésime 1951. C'est Peter Fonda, l'acteur Dan Haggerty et le customisateur Tex Hall qui se chargent de la construction des Deux "Billy Bike" et des deux "Captain America " nécessaires aux besoins du tournage.
Le classicisme de la Billy Bike par rapport à l' exubérante"Captain America" est du à la faible expérience de Dennis Hopper au guidon d'un deux roues. Signalons au passage qu'il est alors âgé de 31 ans, et est devant et derrière la caméra.

UNE PEINTURE A MESSAGE!

C'est John Wayne qui est indirectement à l'origine de la peinture personnalisée reprenant le thème du drapeau américain! Fonda ne supporte pas les positions de celui que l'on surnomme le "Duke" à propos de la guerre du Viet Nam.
Il a vu les "bérets Verts" joué et produit par John Wayne; un film qui sera considéré par beaucoup comme de la propagande. Fonda est de ceux là et pour montrer que John Wayne ne saurait avoir le monopole du patriotisme, il arbore au dos de son blouson un drapeau US. La police l'arrête et le verbalise chaque jour pour "outrage au drapeau". Il persévéra et ira encore plus loin dans Easy Rider en étalant la bannière étoilée sur un réservoir Peanut. Personne n'avait osé! Par ce biais, Fonda et Hopper répondent à John Wayne et à ses "Bérets Verts". Le nom de "Captain America " est tout trouvé.
Captain America est un héros de comics commandé par le Pentagone durant la seconde guerre mondiale pour maintenir le moral des "Boys"...On peut penser que John Wayne serait le vieux "Captain America" pétri d'un patriotisme caricatural!

Ce film qui ne couta que 340 000 Dollars en rapporta entre 45 et 50 millions de Dollars. A 1,5 Dollars la place à l'époque, on estime qu'il rapporterait 400 millions de Dollars actuellement.

- Lors du montage du film, trois des quatre Panheads furent volés comme de vulgaires choppers. La "Captain America",sévèrement endommagée lors de la scène finale du film, fut laissée par les voleurs. C'est la seule machine actuellement connue. Elle fut reconstruite par Dan Haggerty en souvenir de ce film décidément pas comme les autres.

- Pour l'anecdote, les onomatopées de Jack Nicholson lorsqu'il avale un goulet de Whisky,"les tchit, tchit,tchit,... Indian" étaient une imitation du cérémonial de démarrage au kick des Harley par un Hells Angel engagé par la production.

FICHE TECHNIQUE de la Harley-Davidson "Captain America":

MOTEUR ET TRANSMISSION:
V Twin stock à 45 degrés de type Panhead (55 CV à 4800 tr/mn) accouplé à une boite 4 montée dans un cadre rigide "Wishbone". Embrayage de type "mousetrap". Échappements"drag pipe" coudés vers le haut dit "upswept " avec embouts "queue de carpe"
PARTIE CYCLE: Cadre rigide "wishbone" chromé, angle de chasse 43° et fourche rallongée de 12 pouces. Un seul frein arrière de type à tambour.
DIVERS: Guidon "Apehanger" sur potence"dogbones", réservoir de type "Peanut" de 2 gallons. Électricité 6 volts. Vendu en 1986 pour 37 250 $.

<< précédent Des motos qui font leur cinéma: Terminator et Easy Rider 2/2 Archives >>