vendredi 18 avril 2014

Injection Harley Davidson : Le grand dilemme 12
par L. B.

Accueil
Index
Bannières
Faire connaître ce site
Liens

Boutique
Livres Tech.Harley

Restez branché
BLOG

Rubriques
Archives
Petites Annonces
Historique
Articles Techniques
Cote Harley-Davidson

Voir
Virtual Galeries
Galeries
VIDEO/TUBE

Le site
Contact
Facebook




fleche De nos jours, une interrogation taraude les acheteurs de Harley Davidson Twin Cam 88 ou 96 cui. Dois-je choisir une moto à carburateur ou à injection?
L'interrogation est on ne peut plus justifiée puisque les Big Twin font appel aux deux méthodes d'alimentation au sein de la gamme Harley-davidson depuis 1995 et jusqu'en 2006 pour les Sportster (2003 pour les big twin).

- Première idée reçue: L'injection rendrait les motos fades avec des montées en régime aussi plates que les plaines du Middle West.
Effectivement lorsque vous chevauchez une Road King Classic (équipée d'une injection) sortie de caisse, on ne peut pas dire que cette machine soit une foudre de guerre au caractère bien trempé.
Car s'il est vrai que si la cylindrée enfle du coté de chez Harley Davidson (1200, 1340,1450 cm3, etc.), tout comme le poids ( 345 kg réel pour un Road King), la puissance reste inchangée depuis le bon vieux Panhead (sorti en 1948 mais pesant un quintal de moins...sic!) avec 60 chevaux à 5500 tr/mn... Vous me rétorquerez que l'on n'achète pas une Harley-Davidson pour sa puissance: Tout à fait d'accord surtout lorqu'il s'agit d'un Road King!


Mais à y regarder de plus près, Harley-Davidson n'hésite pas à vendre des motos "bodybuildées" à coups de kits Screamin' Eagle 1550 ou 1690 cm3 (103 ci).
Dans cette dernière configuration "de l'aigle hurleur", la puissance passe à plus de 100 "chevaux de trait" avec un couple gargantuesque de 13,8 mKg à 3000 tr/mn (contre 11,1 mkg pour le TC 88 "de base").
Je vous donne le coup de grâce en vous annonçant que ces Harley Davidson sous anabolisants grace au catalogue "perfomance" de la Motor Compagny sont homologués dans les cinquante états américains et par les services allemands de la TUV (sous la norme Euro 2).
Le kit, s'il est monté sur un Twin Cam neuf au sein du raiseau Harley-Davidson, est garanti deux ans.
A mon humble avis, une telle configuration (alimentée par une injection ou pas) ne laissera pas insensible le biker le plus blasé!

Bref, injection ou pas, Road King Classic (injection ) ou standard (carburateur keihin de 40 mm) "sortie de caisse", sont toutes deux insipides: La "musique" qui participe au prestige de la marque est totalement étouffée et le V-Twin est annorexique quelques soient les systèmes d'alimentation.
Les ricains parlent d'ailleurs de "Harley Tax" pour évoquer les frais pour libérer une Harley davidson neuve.

I- Débridage: Différences entre carburateur et injection.

-On ne parle pas ici de "préparation" mais bien d'une simple LIBERATION de votre TC 88 ou 96 ci qui comme toutes les motos refroidies par air sont particulièrement castrées par les normes présentes (Euro 3) et futures (Euro 4 et 5).
La modification se limite au montage d'un filtre à air moins restrictif et d'un échappement " plus libre".
- Les résultats au banc Dynojet concluent au bienfait de cette opération:
Sur un modèle à carburateur, le gain de puissance atteind 10% à 15% selon les pièces séléctionnées et la qualité du réglage de la carburation.
A titre d'exemple, le simple montage du filtre Screamin'Eagle sur un Twin Cam standard permet un apport de puissance de 10% (+6 C.V) alors que l'échappement de même provenance n'apporte que 2 à 3 C.V . Nous nous retouvons avec une Harley Davidson TC 88 développant au bas mot 68 CV, soit 15% de puissance supplémentaire.
Le Banc Dynojet démontre que le module d'ajustement de la cartographie d'allumage (Adjustable Map Ignition Module) estampillé toujours Screamin'Eagle n'apporte aucune plus value.
Ce gain pourrait être sup. avec un filtre et un échappement jugés encore plus performants. (voir échappement>>). Remarquons que "cette cure de vitamines" (appelée stage I aux USA et par Harley-Davidson) est à la portée de tous les Harleyistes ayant dix doigts!

Avec un TC à injection, les choses vont sérieusement se compliquer dès que l'on quitte la gamme Screamin'Eagle. La plus petite intervention tel que le montage d'un filtre à air K&N oblige à modifier la cartographie d'injection...Hors, la cartouche contenant la cartographie "stage I" n'est conçu que pour les éléments Screamin'Eagle.

Deux types d'injection on été montées sur les Evolution et Twin Cam depuis 1995 :
cliquez pour aggrandir
L'injection actuelle (Delphi) voit les deux injecteurs (fléches noires sur la photo aggrandie) pulvérisés l'essence quasi-directement dans les cylindres. La fléche orange montre le capteur de pression de l'admission.
cliquez pour aggrandir
L'injection de première génération EFI: Remarquez le positionnement très reculé des deux injecteurs (en rouge)

- L'injection de première génération (dîtes "EFI" pour Electonic Fuel

Injection) fabriquée par Magneti-Marelli montée entre 1995- et 2000 était très simple avec un unique capteur rapportant la position du papillon de gaz.
- Depuis 2001, la Motor Compagny utilise un système d'injection nettement plus sophistiqué dénommé:" Delphi" ( utilisant la technologie "Sequential Port Electronic Fuel Injected" ou "SPEFI").
Avec cette injection, le V-Twin Harley à 45° se trouve truffé de capteurs en tous genres comme par exemple le capteur d'assiette de la moto dit "bank Angle sensor" qui coupe l'allumage dès que la moto prend plus de 55° d'angle (déjà présent sur l'injection Marelli) ou un capteur anti-détonation (ion sensing technology).La liste est loin d'être exhaustive!
L'injection Delphi collecte une quantité astronomique d'informations et ceci toutes les millisecondes.
L'information est transmise à l' ECM (acronyme d'Engine Control Module). L'ECM (le "cerveau" ou calculateur de l'injection) ordonne aux deux injecteurs (un par cylindre) de pulvériser une quantité donnée d'essence dans l'admission. Cette quantité se calcule en temps; on parle du temps d'injection (voir Transformez votre Harley vol 2) .
(...)

Remarque: L'injection Marelli était d'ailleurs souvent prise en défaut lors des faibles rotations de la poignée de gaz ou lors de fuites minimes au niveau de l'admission. Il s'en suivait de faibles pertes de régime à vitesse constante. Cette injection, guère plus "intelligente" qu' un carburateur, calculait une charge (la quantité de mélange) de façon beaucoups trop théorique.

 
<< Techniques (général) Injection Harley-Davidson versus Carburateur) page 1/2 Page 2>>