planète biker old
mercredi 26 avril 2017

Harley-Davidson Sportster XLCR
par Laurent Blasco

Accueil
Site Actuel
Liens

Boutique
Archives
Articles Techniques
Galeries

Harley-Davidson Sportster XLCR 1000 : Le Cafe Racer selon Harley-Davidson

La petite histoire retiendra que le" Café Racer " a été conçu hors des bureaux d'études du 3700 West Juneaux Avenue. Personne, hormis Charlie Thompson et John Davidson (alors président de Harley-Davidson), ne connaît l'existence du projet XLCR ("XL"nom de code des Sportster et "CR" pour Café Racer). Cette étude est digne d'un de ces "Black Project" (ces programmes ultra secret du Pentagone) se déroulant sur la base 51.

Trois hommes, Willie G. Davidson (petit-fils d'un des co-fondateur de la marque et actuel vice -directeur du département design), son assistant, Lou Netz et Jim Aubert ,venant du département racing avec un énorme bagage technique, travaillent à ce qui n'est qu'un exercice de style.
Le Sportster "Café Racer" est entièrement réalisé dans l'atelier du père de Jim Aubert. On ne compte pas ses heures: L'atelier fonctionnera même les week-end durant l'été 1976 !

Le prototype est enfin prêt: Willie G. organise pour le directoire de Harley-Davidson une présentation sur un ovale de Dirt Track; un lieu bien en adéquation avec l'esprit de ce Sportster. Son frère John apprécie cette sportive "à l'américaine" qui tranche avec l'esprit maison et qui pourrait bien relancer la marque face à la déferlante nipponne. Le Café Racer ira donc à Daytona pour tâter le pouls de la presse. Les échos de la Daytona Bike Week 1977 sont enthousiastes. La production peut démarrer...

Willie G Davidson a mélangé différentes influences qui vont de la selle et du garde-boue inspirés des HarleyDavidson 750 XR de Dirt Track ( Une inspiration déjà vue sur la Super Glide 1971 avec un garde boue haut surnommé " bob tail ". La FX fut boudée par le public ), d'un guidon venant du dragster (dragbar), avec une partie avant marqué par les sportives européennes de l'époque dont témoigne le petit saute-vent. C'est la Harley Davidson que réclame la presse américaine pour contrer les motos italiennes et japonnaises.

A Milwaukee, on innove avec ce modèle: Première Harley de l'histoire à posséder deux disques à l'avant montés sur des jantes à bâtons moulées (fabriquées par Morris); premier appendice aérodynamique et bien sur première Harley-Davidson de l'histoire totalement noire. L'encrage des amortisseurs sur le bras oscillant a été reculé pour une meilleure tenue de cap.
Les brochures annoncent que c'est la Harley-Davidson, la plus puissante jamais produite. Comme sa dénomination technique l'indique, elle est mue par un bloc de Sportster (1000 XL). Les performances supérieures sont à mettre au crédit du collecteur d'échappement dit " siamois " avec un silencieux de chaque coté. Il permet un gain de puissance de 5 ch.

Les publicités de l'époque parlent d'une série limitée mais n'avancent aucun chiffre… Aucune importance puisque ce Sportster plébicité par la presse ne trouve pas de client. Son prix est trop élevé (3 600 $). Une Guzzi Le Mans 1 est 25 % moins chère et plus performante. La positon de conduite est inconfortable avec des repose-pied reculés pour un guidon trop haut, le petit saute-vent renvoie la pluie sur le pilote. Par contre, le 1000 "fonte" est toujours incomparablement vivant.

De plus, le Café Racer n'est pas au goût de la clientèle traditionnelle de la firme de Milwaukee: L'époque est aux sportsters Touring équipé d'un pare-brise, de sacoches, d'une selle à deux étages voire d'un réservoir de 3,5 gallons venant de la FX ou Superglide.

La XLCR sera donc un "flop" : cette moto ne sera produite que durant deux années (trois si l'on compte les 8 ou 9 unités de 1979) à un peu plus de 3000 exemplaires soit 2,2% de la production totale de la Motor compagny (142 587 motos) de 1977 à 1979. Les concessions Harley-Davidson consentiront des ristournes de 50% pour se débarrasser "du vilain petit canard noir " qui encombre les show rooms. Certaines resteront 6 ans chez l'official dealer ! Un point positif tout de même: Son cadre revu et corrigé par Willie G. Davidson va équiper l'ensemble des Sportster de 1979 à 2003.

Actuellement, la 1000 XLCR est devenu une moto fort recherchée qui s'échange entre 10 000 et 12 000 €.
C'est le prix d' une moto révolutionnaire qui annonce les Buells et même la V-Rod !

Willie G tirera les leçons de ce désastre:
" Ce Sportster n'était pas représentative de notre gamme. Le moteur n'était pas préparé et de plus elle était inconfortable. C'était un engin hybride mi-figue mi raisin, mais j'ai beaucoup appris de cette erreur!"

Fiche technique Harley-Davidson Sportster XLCR>>

 
<<Archives Sportster XLCR 1000 : Le Cafe Racer selon Harley-Davidson Le Sportster XLCR en photos>>