Contrôle Technique Moto : Toutes les Informations Clés


Le paysage de la moto en France connaît une évolution majeure avec l’introduction du contrôle technique pour les deux-roues motorisés. Cette mesure, longtemps débattue, est devenue une réalité suite à la publication d’un arrêté au Journal Officiel le 23 octobre 2023. Dès 2024, les propriétaires de motos, scooters et autres véhicules similaires devront se conformer à cette nouvelle réglementation. Cette initiative vise à renforcer la sécurité routière et à assurer le bon état des véhicules en circulation. Cet article explore les détails de cette nouvelle obligation, ses implications pour les motards et les étapes à suivre pour rester en conformité avec la loi.

Contrôle technique moto : quels véhicules sont ciblés ?

Le contrôle technique moto en France s’applique à une large gamme de deux-roues motorisés. Elle concerne tous les véhicules immatriculés englobant les motos, les scooters, les trois-roues ainsi que les quadricycles. Cette mesure inclut également les cyclomoteurs et les 125 cm3.

Les motos de piste et de motocross, qui ne sont pas destinées à la circulation sur les voies publiques, sont exemptées de cette obligation.

Contrôle technique moto & 2-roues motorisés de collection

Les motos et scooters classés en collection, c’est-à-dire ceux immatriculés en carte grise collection et construits entre 1960 et 1984, sont soumis à un régime spécifique. Pour ces véhicules, le contrôle technique doit être réalisé tous les cinq ans.

Les deux-roues motorisés datant d’avant 1960 bénéficient d’une exemption du passage au contrôle technique.

Quel est le prix du contrôle technique moto ?

Le coût du contrôle technique moto, bien que non encore officiellement fixé, est estimé entre 50 et 75 euros. Cette fourchette de prix représente une estimation basée sur les coûts actuels des contrôles techniques pour d’autres types de véhicules.

Calendrier d’application

Le contrôle technique moto dont nous avions esquissé le contour sera mis en œuvre selon un calendrier précis, débutant le 15 avril 2024. La date du premier contrôle dépend de l’année de première immatriculation du véhicule :

  1. Pour les deux-roues immatriculés avant le 1er janvier 2017 : le contrôle technique doit être effectué au plus tard le 31 décembre 2024.
  2. Pour les deux-roues immatriculés entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2019 : Le contrôle technique devra être réalisé en 2025.
  3. Pour les deux-roues immatriculés entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021 : Ces véhicules devront passer leur premier contrôle technique en 2026.

Après le premier contrôle technique, un deux-roues motorisé devra être contrôlé tous les trois ans, à partir de son cinquième anniversaire.

Contrôle technique moto et vente du véhicule d’occasion

Selon l’article 3 du décret relatif au contrôle technique, le vendeur d’un deux-roues motorisé est tenu de fournir à l’acheteur une attestation de passage au contrôle technique datant de moins de six mois si le véhicule est soumis à cette obligation.

Quels son les points qui sont vérifiés lors du passage au contrôle technique moto ?

comment réussir le contrôle technique moto

Plusieurs points clés sont examinés pour évaluer la conformité du véhicule aux normes de sécurité et aux réglementations en vigueur en matière de bruit et d’émissions polluantes. Voici les principaux éléments qui seront vérifiés :

  1. Identification du Véhicule : vérification de la plaque d’immatriculation et des numéros de série pour assurer l’authenticité et la légalité du véhicule.
  2. Système de Freinage : contrôle de l’efficacité et de l’état des freins.
  3. Direction : inspection de l’état du mécanisme de direction.
  4. Visibilité.
  5. Éclairage et système électrique : vérification du bon fonctionnement des phares, clignotants et autres composants électriques.
  6. Trains roulants avant et arrière : examen des roues, pneus et suspensions pour s’assurer de leur bon état.
  7. Châssis : inspection de l’intégrité structurelle du cadre du 2-roues.
  8. Autres matériels : contrôle d’autres équipements tels que les accessoires pour vérifier leur conformité et leur bon arrimage.
  9. Pollution et Nuisances Sonores : évaluation du 2-roues pour s’assurer qu’il respecte les normes environnementales et sonores.

Comparaison avec le CT automobile

Le contrôle technique pour les motos en France s’aligne en grande partie sur celui déjà en place pour les automobiles. Voici comment le contrôle technique moto se compare à celui des voitures.

Lors du contrôle technique des motos, les anomalies sont classées en trois catégories :

  • Défaillance mineure : le véhicule est validé par le centre agréé, mais une réparation est recommandée.
  • Défaillance majeure : le propriétaire dispose de deux mois pour effectuer les réparations nécessaires et passer une contre-visite. Sans cela, un nouveau contrôle technique complet sera requis.
  • Défaillance critique : des problèmes graves comme une fuite de liquide de frein, un rétroviseur mal fixé ou des pneus usés entraînent un avis défavorable. Une réparation sous 24 heures est exigée pour éviter l’immobilisation du véhicule.

Conseils pratiques

Importance de la Préparation : Tout comme pour les automobiles, il est crucial pour les propriétaires de motos de réviser leur 2-roues avant le contrôle technique. Cela inclut la vérification et, si nécessaire, la réparation des éléments clés pour éviter d’être recalé.

Conseils Pratiques : Les motards, tout comme les automobilistes, sont encouragés à ne pas tarder à fixer un rendez-vous pour le contrôle technique. Les centres de contrôle technique peuvent connaître des périodes de forte demande, et il est sage de prévoir suffisamment de temps pour d’éventuelles réparations.

Conclusion

L’introduction du contrôle technique moto aura un impact très limité en matière de sécurité de la route puisque 0,3% des accidents de la route sont à imputer à une défaillance mécanique. D’ailleurs certains pays membres de l’Union Européenne, tels que les Pays-Bas, la Suède et le Danemark, n’ont pas adopté cette directive européenne.

Pour les motards français, cette nouvelle obligation représente également un coût additionnel, dans un contexte où les motards font déjà face à des dépenses croissantes liées à sa passion et au coût de la vie.

Laisser un commentaire